Dans cette deuxième partie de notre entretien sur le développement endogène, il est abordé les nuances qu’il faut faire entre ce concept et d’autres concepts voisins. Cette vision aussi est mise en confrontation avec les concepts internationaux et les réalités actuelles du Burkina Faso. Le rôle des autorités politiques, celui la jeunesse dans l’avènement du développement endogène ainsi que les obstacles existants. Voici la dernière partie de ce grand entretien avec Françoise Ki-Zerbo (FKZ), administratrice générale de la Fondation Joseph Ki-Zerbo (JKZ) pour l’Histoire et le Développement Endogène de l’Afrique.

B24 : Peut-on établir un lien entre le concept de développement endogène et celui de savoirs endogènes (« ensemble de productions internes à soi, minerai d’un gisement culturel qui fécondent l’agir social individuel et collectif, comme résultats d’expériences collectives ou communautaires passés et présentes d’un peuple ») développé par le philosophe béninois Paulin Jidenu Hountondji ?

FKZ : Pour Joseph Ki-Zerbo, la culture est la ressource des ressources. Quant aux savoirs endogènes, ils « ne sont généralement pas protégés par des brevets et sont considérés comme de la matière première brute, alors qu’ils sont le fruit d’une invention séculaire méthodique ». Il attire l’attention sur l’indispensable et urgente capitalisation des savoirs endogènes. Les savoirs endogènes de l’Afrique  doivent être davantage répertoriés, documentés et disséminés à travers le continent. Joseph Ki-Zerbo insiste sur la nécessité de l’opérationnalisation des centres d’excellence pour « refonder » nos cultures « sur des bases matérielles et logistiques solides dans le cadre d’une économie industrielle leur permettant de se reproduire».

Le savoir endogène doit constituer un point de départ et un point de retour pour contrôler le processus du développement. « La capacité d’adapter et d’améliorer les technologies endogènes est un pas décisif pour réduire la dépendance technologique, alors que pour le moment, les technologies traditionnelles endogènes sont écartées sans examen». Il faut « conquérir » le savoir : la « matière grise-capital des capitaux ». Aller d’abord au cœur de nos terroirs. Contribuer par la recherche-développement –actions à ce mouvement vers nous-mêmes… réaliste et déterminé, comme la quête d’un tremplin pour mieux atteindre l’avenir.

Lire aussi ▶   « On ne développe pas, on se développe » (1/2)

Joseph Ki-Zerbo précise que sans recherche endogène, il n’y a pas de développement endogène. La recherche et la formation ne seront endogènes que si elles concernent les savoirs endogènes. L’ultime recommandation de Joseph Ki-Zerbo : Nous devons savoir aller d’abord au cœur de nos terroirs, ne théoriser qu’à partir de l’exploration concrète ; prendre le temps de faire ce « détour en nous-mêmes » semé d’embûches pour être à la fois visibles et crédibles.

B24 : Le développement endogène est-il aux antipodes des concepts internationaux notamment celui du développement durable ou y a-t-il un rapport entre les deux?

FKZ : Selon la définition consacrée par les institutions internationales : un développement durable est celui qui répond aux besoins présents sans compromettre la capacité des générations futures à  répondre aux leurs. Il a trois dimensions : environnementale, sociale et économique.

Quant à Joseph Ki-Zerbo, qui met l’homme et la culture au cœur du développement, il recommande de mettre tous les hommes au cœur du développement, ce n’est point le cas avec la division inégalitaire du travail international si décriée. Joseph Ki-Zerbo rappelle que « le système mondial de production et de distribution des biens et services est vicié et vicieux jusqu’à la moelle et au tréfond».

Pour Joseph Ki-Zerbo, mettre l’homme au cœur du développement, c’est lui accorder le respect, la considération qui lui sont dus en qualité à la fois de producteur et de consommateur. Le développement endogène n’épouse donc pas les concepts internationaux du développement. « Il faut un autre développement, hors du carcan des modèles qui ne tiennent pas compte de nos capacités, et de nos ambitions de développement».

B24 : La modernisation et le phénomène de mondialisation peuvent-ils être considérés comme des obstacles au développement endogène ?

FKZ : Selon Joseph Ki-Zerbo : « … par-delà le temps néocolonial qui n’a pas rendu aux civilisations africaines le dynamisme endogène et autopropulsé, nous avons débouché dans la Mondialisation qui risque d’être la récapitulation du même modèle récurrent de la Traite, de la colonisation et de la Néo-colonisation».

Il s’agit d’un risque que nous pouvons éviter. Dans le livre « La natte des autres : pour un développement endogène en Afrique » Joseph Ki-Zerbo fait remarquer que  « L’Afrique n’est pas « en panne »…parce que face à la crise actuelle qui accable et paralyse le secteur « moderne », c’est le secteur populaire, « non structuré » bref le plus endogène, qui manifeste un dynamisme remarquable, non seulement pour survivre, mais pour s’auto-structurer et contribuer aux options alternatives pour l’Afrique. »

B24 : La vision de JKZ s’inscrit certes dans une perspective panafricaine, mais sur le plan national, au BF, comment peut-elle être mise en œuvre ? Le développement endogène est-il une voie par laquelle on peut conduire le Burkina à l’émergence ?

FKZ : Dans son livre posthume « Histoire pour l’Afrique », Joseph Ki-Zerbo nous recommande « de formuler un projet sociétal de développement endogène ouvert sur le monde ; au lieu de promouvoir une ouverture sur le monde qui tue dans l’œuf le développement endogène».

 

L’intégration et l’unité africaine est un des thèmes de réflexion majeurs de Joseph Ki-Zerbo. A ce sujet il écrit : « … la clé stratégique de la Renaissance Africaine c’est l’intégration au moins sous-régionale ». La régionalisation constitue un passage obligé et incontournable face à une mondialisation exploiteuse. Les Micro-Etats-nations africains en gestation sont des particules anachroniques, sans visibilité ni crédibilité, sans prise sur l’Histoire, sans poids sensible dans les rapports de forces contemporaines dominés par les Etats leaders et les Multinationales qui visent l’oligopole, voire le monopole.

Dans son livre « A quand l’Afrique ? » Joseph Ki-Zerbo prévoit que « l’Union africaine se construira sur de grands travaux. Chaque pays n’a pas les moyens pour aller très loin dans le domaine de grandes infrastructures. En revanche, si l’on se donne des objectifs communs, qui nécessitent la mise en commun de toutes les énergies, on mobilise tout le monde pour atteindre des résultats africains qui transcendent le niveau national».

B24 : Estimez-vous que le concept s’invite dans les débats, réflexions et les politiques publiques de développement de notre pays ?

FKZ : Le concept de développement endogène n’est pas directement énoncé, mais il en est question au cours de rencontres entre chercheurs, entre chercheurs, citoyens, acteurs du développement et de la société civile et décideurs. Ces derniers et les populations accordent une certaine attention aux savoirs endogènes. La recherche endogène joue progressivement son rôle.

J’en veux pour preuve les programmes et activités du Centre National de Recherche Scientifique et Technologique et ses journées portes ouvertes organisées en 2016 (étant rappelé que selon Joseph Ki-Zerbo, le développement endogène passe par la recherche endogène.)

B24 : Quel rôle peut jouer la jeunesse pour l’effectivité du développement endogène ?

FKZ : Il convient de rappeler aux jeunes d’Afrique, que Joseph Ki-Zerbo nous a interpellés en écrivant le livre qui porte le titre : « À quand l’Afrique ? ». Il nous dit : « Naan laara, an saara !». Il a mis en garde les Africaines et Africains qui ont tendance à se coucher sur la natte des autres continents, en attendant un développement clés en mains.

Nos devanciers se sont battus pour obtenir l’indépendance. Je réitère également leur appel lancé à travers le Manifeste africain de libération nationale : « M.L.N – Libérons L’Afrique – États-Unis d’Afrique Norie – Socialisme africain » de 1957 :

« Aux Jeunes, ouvriers, fonctionnaires, paysans, intellectuels, commerçants, le M.L.N, Mouvement de Libération Nationale, conviés au combat difficile mais noble qui réalisera la libération de l’Afrique Noire. »

« L’indépendance pour nous n’est pas une fin en soi, ni un « Sésame ouvre-toi » ; c’est simplement la principale clé de notre destin. Il restera pourtant à assumer le poids gigantesque de notre sous-développement économique et social. C’est pourquoi nous ne parlons pas seulement d’indépendance, mais de libération nationale. L’indépendance sera une création continue ou ne sera pas. »

B24 : Si vous aviez un appel à lancer, quel serait-il et à qui serait-il adressé ?

FKZ : Je tiens à être optimiste à la suite de Joseph Ki-Zerbo et à appeler «Chaque Africaine, chaque Africain doit être, ici et maintenant, une valeur ajoutée ». Nous devons, chacune, chacun, procéder à un inventaire de nos possibilités, de nos forces productives au profit de l’Afrique, et faire preuve de solidarité, pour ce faire nous devons, chacune, chacun, procéder à un «inventaire de nos possibilités, de nos forces productives au profit de l’Afrique, et faire preuve de solidarité.

Son concept du développement endogène, de l’endogène-vivant est incontournable et est fait pour la mondialisation que nous vivons. Selon lui, le développement endogène est une alternative sans alternative.

La mondialisation n’est pas un obstacle un frein au développement endogène. Au contraire, le fait que le monde soit de plus en plus globalisé est une raison majeure pour chaque Africain, chaque Africaine d’incarner des valeurs indispensables pour le développement endogène de l’Afrique.

Une des valeurs cardinales de la Fondation Joseph Ki-Zerbo est la responsabilité : En effet, tout Africain, toute Africaine doit se prendre en charge et être conscient du fait que l’Afrique a besoin de sa réflexion et de son action. Par ailleurs, nous recommandons au plus grand nombre :

  • l’engagement : Nous rappelons à tout Africain, toute Africaine, son devoir de participer aux débats, à agir en synergie avec les autres pour le développement du continent ;
  • la créativité : Toute personne engagée pour le développement du continent doit innover pour répondre aux besoins des populations
  • l’authenticité : Il s’agit de mettre la culture au centre de la réflexion et au service de l’action ;
  • le dialogue : Celui entre les cultures, les générations et l’approche pluridisciplinaire des problèmes de développement qui sont des impératifs.

En d’autres termes, selon Joseph Ki-Zerbo, « les Africains doivent se donner comme premier mot d’ordre : Se constituer. Être. Être avant d’avoir. Être pour avoir ».

A l’endroit des décideurs, je lancerai l’appel de Joseph Ki-Zerbo, le penseur et acteur de l’éducation et du développement endogène ;  « Éduquer ou périr ». Je réitère la suggestion de la famille et de la Fondation Joseph Ki-Zerbo faite au cours de la cérémonie de baptême de l’Université Ouaga I, aux Autorités, à la Communauté universitaire et à ses partenaires de formaliser et soutenir le développement d’Etudes Africaines et en Développement Endogène autour de l’œuvre du Professeur.

« Chaque génération a des pyramides à bâtir». Une fois de plus : « il n’y a pas de développement clés en mains». En toute hypothèse, ainsi que le rappelle un proverbe africain : « La parole du vieux sage est comme une roue. Quand elle est lancée, elle finit toujours par se poser ».

Entretien réalisé par Davy SOMA

Pour Burkina24

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

SAVANE LIVES

SAVANE METEO

Clear

28°C

Ouagadougou

Clear
Humidity: 60%
Wind: SSW at 17.70 km/h
Sunday
Partly cloudy
27°C / 40°C
Monday
Partly cloudy
28°C / 39°C
Tuesday
Thunderstorms
27°C / 38°C
Wednesday
Cloudy
28°C / 37°C

Currencies
Sat, Apr 29, 2017, 5:37AM UTC
NamePriceChange% Change
EUR/XOF655.9570+0.0000+0.0000%
USD/XOF603.6600-0.4800-0.0795%
EUR/USD1.0893+0.0021+0.1968%
USD/JPY111.4950+0.2470+0.2220%

Aller au haut