La 4e édition de « Mod’Afrik » se tiendra du 29 novembre au 5 décembre 2016 à Ouagadougou. Le comité d’organisation a annoncé l’évènement au cours d’une conférence de presse animée ce vendredi 11 novembre 2016 à Ouagadougou. Avec le thème « Femmes, fistules et Sida », « Mod’Afrik » 2016 s’inscrit dans la même dynamique que les éditions passées, à savoir mettre la mode au service des causes humanitaires, notamment les femmes souffrant de fistules et du VIH/Sida au Burkina.

« Mod’Afrik » est avant tout axé sur la mode. L’évènement réunira de ce fait à Ouagadougou plus d’une centaine de personnes intervenant dans la mode, notamment des  stylistes de renom d’Afrique et d’Europe, des mannequins, des maquilleurs et des coiffeuses. Entre autres, il s’agit de Gilles Touré (Côte d’Ivoire), Pathé’O, Bazem’Sé et Ide Mava (Burkina Faso), Christalix (Cameroun), José Essam (Congo-Kinshasa), Grâce Wallace (Togo), Smail Akdim (Maroc), Awa Meité (Mali), Perle Noire (Bénin) et Collé Sow Ardo (Sénégal).

Espace de valorisation de la mode africaine, Mod’Afrik mettra sur scène les collections des créateurs africains et servira de plateforme d’échanges sur les métiers de la mode. Il est prévu aussi un panel sur la problématique du coton et partant de là, du Faso Danfani. Une occasion offerte aux différents stylistes de découvrir ce tissu et de l’adopter dans leurs créations.

La mode comme une arme

Ce rendez-vous de grands créateurs de la mode africaine vise un autre objectif, celui de venir en aide aux plus démunis par la collecte de fonds destinés cette fois aux femmes souffrant de fistules et du VIH/Sida.

Les organisateurs de la conférence de presse
Les organisateurs de la conférence de presse

De ce fait, lier la mode à la cause humanitaire, est pour la promotrice,  la styliste burkinabè Korotimi Decherf Koro dite Koro D. K,  une manière de mettre son talent au service des plus démunis. Pour elle, « les stylistes rassemblent du monde et dans ce cas, ils peuvent véhiculer des messages qui touchent les uns et les autres».

Le comité d’organisation associe à ses activités le Secrétariat Permanent du conseil National de lutte contre le VIH/SIDA et les IST au Burkina Faso pour son expérience. L’institution  fêtera ses 30 ans d’existence au Burkina Faso, le 1erdécembre 2016, date de la Journée mondiale de la lutte contre le Sida.

Le représentant du secrétaire permanent, Aboubacar  Ballo,  s’est réjoui de ce partenariat. «Aujourd’hui, grâce aux efforts de tous,  nous sommes à une prévalence de -1%, a-t-il dit. Mais avec l’existence des poches de résistance, si nous ne mettons pas l’accent, nous risquons encore d’avoir une hausse de la pandémie. Il y a véritablement un lien entre le Sida et les fistules parce que tous viennent de rapports sexuels qui sont soit non protégés, soit précoces  ou forcés. C’est avec la conjugaison de tout le monde que nous pouvons y arriver et Mod’Afrik joue sa partition».

S’amuser tout en sensibilisant

L’autre attraction de l’évènement reste le concert de sensibilisation sur le VIH/Sida avec des artistes venus de plusieurs pays, notamment Barbara Kanam du Congo, Oumou Sangaré du Mali, Sessimé du Bénin, Affou Keita de la Côte d’Ivoire, Greg, Tiness et Dicko Fils du Burkina Faso.

En rappel, à sa première édition, « Mod’Afrik » a permis de récolter  7 millions de F CFA  à Kigali au Rwanda au profit des filles et femmes infectées par le VIH/Sida. La 2e édition, avec 5 millions de F CFA, est venue en aide aux sinistrés des inondations du 1er septembre et des enfants affectés par le VIH/Sida de l’Hôpital pédiatrique Charles De Gaulle de Ouagadougou. Et la 3e édition à Ouagadougou,  avec 5 millions de F CFA de fonds récoltés,  a contribué à la prévention du Sida et à la chirurgie réparatrice de la fistule.

Revelyn SOME

Burkina24

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Aller au haut